Salarié de Droit d’Enfance depuis septembre 2008, Nassim est éducateur spécialisé au SPS Les Réglisses et occupe la fonction de chef de service par intérim depuis quelques mois.

Ce qui lui plaît le plus dans ce travail ? Un quotidien composé de journées qui se suivent mais ne se ressemblent jamais. Celles-ci sont ponctuées de rencontres avec différents acteurs (assistante sociale, juge, avocats, associations…) mais aussi de médiations sur le terrain ou d’organisation de sorties et de projets avec les jeunes.

Des initiatives rendues possibles grâce à la construction d’un lien de confiance avec les adolescents et les habitants du quartier. Un travail de longue haleine auquel Nassim s’est attelé dès son arrivée à la Fondation pour être connu et reconnu sur le territoire.

Ce travail de fond permet d’aboutir à une relation de confiance qui ouvre la porte à un accompagnement plus individualisé.

« Pour certains jeunes, on est obligé de passer par un lien de confiance et d’affect. On est le dernier ou le premier maillon de la chaine de l’aide sociale à l’enfance pour certains. »

En effet, la plupart du temps, ces jeunes ont rarement recourt par eux même aux aides que peuvent leur apporter les institutions.

« Ils viennent souvent nous voir pour la médiation, l’accès au droit, à la santé », affirme Nassim.

Appréciant travailler avec les plus jeunes, il les accompagne en particulier sur les questions d’orientation pour éviter le décrochage. En effet, selon lui,

« un adolescent qui décroche dès la 4ème ne réfléchit pas à son parcours professionnel ni à son orientation et j’étais convaincu que j’avais à apporter aux collégiens. Aussi, j’ai fait le choix d’axer mon travail sur la prévention ».

Une partie de son travail consiste également à mobiliser les adultes du quartier pour qu’ils contribuent à l’aide aux devoirs ou proposent du tutorat. En ce sens, le SPS collabore avec les différents acteurs du territoire et participe même parfois au sein de CA d’associations ou de conseils de quartier. Ce maillage permet d’orienter les jeunes au mieux pour répondre à des besoins spécifiques.

Les chantiers éducatifs, sont des outils précieux de la prévention spécialisée pour mieux analyser et adresser la situation du jeune. En effet, ils permettent de sonder l’employabilité et aident à définir les freins au travail qui pourraient pénaliser certains. C’est également de beaux vecteurs de sociabilité selon Nassim, car ils permettent aux adolescents de nouer des relations avec des personnes qu’ils n’auraient jamais côtoyées.

Un projet a particulièrement marqué Nassim durant ses années au SPS. De nombreux jeunes venaient aux Réglisses pour des problèmes judiciaires liés à la conduite sans permis. L’équipe décida de trouver une solution pérenne en embauchant une éducatrice qui était également monitrice d’auto-école pour leur faire réviser le code. Sur les 5 jeunes ayant participé, 3 ont été reçus à l’examen, le premier de leur vie pour certains. Surtout, cette action a fait boule de neige dans le quartier auprès de jeunes qui ne faisaient pas partie du projet et qui ont décidé de les imiter !

RSS
YouTube
LinkedIn
Share