Le Collectif Idée93, dont Droit d’Enfance fait partie au travers de son établissement Les Nouveaux Cèdres, s’est mobilisé la semaine dernière avec Cause Majeur ! face à l’adoption, le 7 mai dernier, d’une proposition de loi « laissant sans solution de nombreux jeunes » de l’ASE et de la PJJ.

Cette semaine, Idée93 publie son communiqué de presse et dénonce à nouveau cette contractualisation de la protection de l’enfance, ainsi que le recul des droits des jeunes.

La proposition de loi, initialement portée par Madame Brigitte BOURGUIGNON en 2018, proposait dans son 1er article une prise en charge «obligatoire pour les mineurs émancipés et les majeurs de moins de vingt et un ans lorsqu’ils ont […] bénéficié d’une prise en charge par le service de l’aide sociale à l’enfance avant leur majorité». La proposition de loi, votée le 7 mai, est un véritable retour en arrière. Dans ce même 1er article, le jeune, doit désormais avoir été placé, dans le cadre de la protection de l’enfance, sur une durée minimum de dix-huit mois au cours des vingt-quatre mois précédant son émancipation ou sa majorité. Ce qui exclut, de fait, un nombre considérable de jeunes majeurs en grande difficulté (ceux placés après 16 ans, ceux placés à la PJJ…).

Idée93 demande le retour pur et simple à la version initiale de l’article 1er afin de garantir les droits fondamentaux de tous ces jeunes en grande précarité.

Télécharger le communiqué de presse