Lorsqu’on a parlé la première fois à Marc de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), il a pris peur. Il a tout de suite pensé aux foyers et familles d’accueil. Il se sent mal à l’aise, soudainement à l’étroit dans le bureau de l’assistante sociale. Tout va trop vite. Son inquiétude ne passe pas inaperçue et tout de suite son interlocutrice le rassure : il existe aujourd’hui des modalités d’accompagnement plus diversifiées qu’à l’époque des années 80. Le rendez-vous d’aujourd’hui n’est qu’une première discussion pour que Marc puisse raconter son histoire, expliquer ses problèmes et les difficultés qu’il rencontre avec l’éducation de sa fille Elodie.

Cette dernière est en décrochage scolaire. Elle rentre en retard à la maison tous les soirs, quand elle ne découche pas, or, elle n’a que 13 ans. Marc travaille beaucoup et rentre tardivement le soir. C’est un « papa cool » en opposition avec son propre père qui était sévère et peu affectif. Il est préoccupé par la situation de sa fille. Marc a peur qu’elle subisse de mauvaises influences, surtout qu’il ne sait pas où elle est, ni chez qui. Après avoir évalué la situation familiale dans sa globalité, les services de l’ASE proposent que sa fille soit accompagnée au sein d’un accueil éducatif de jour pendant la semaine. Elle prendra donc part à des activités collectives et individuelles puis rentrera au domicile familial en fin de journée. Elle va rencontrer des éducateurs et des psychologues. A travers cet accompagnement, Elodie pourra se recentrer sur un projet qui lui tienne à cœur, mais elle pourra également aborder ce dont elle a besoin et qui lui manque, évoquer sa relation à son père et à sa famille au sens large, pour comprendre pourquoi elle se désinscrit des préoccupations de sa classe d’âge. Marc, quant à lui, aura l’occasion de retisser des liens avec sa fille au travers d’ateliers et d’activités qui lui permettront aussi de se redynamiser dans sa paternité sur les besoins de sa fille adolescente. Ils l’aideront à travailler sur la dynamique familiale et à terme, se réapproprier son rôle de parent.

Tout comme l’Accueil Éducatif de Jour, il existe des modalités d’accompagnement en protection de l’enfance qui permettent le maintien au domicile familial tout en recevant un accompagnement de la part de professionnels : les services d’Accueil Modulable permettent, par exemple, aux enfants et jeunes d’être hébergés chez leurs parents en étant accompagnés à domicile. Un lit de « repli » reste toujours à disposition dans un établissement proche en cas de besoin d’éloignement ou de crise.

Ces deux alternatives au placement, Service d’Accueil Éducatif de Jour et service d’Accueil Modulable, ont été introduites par la loi du 5 Mars 2007 réformant la protection de l’enfance.

Les départements font des appels à projet auprès des organismes gestionnaires pour permettre le développement de ces alternatives sur leur territoire.

Équipée d’un éventail d’actions plus étoffé, l’ASE peut aujourd’hui faire des évaluations plus fines des situations qu’elle rencontre. Elle permet à des familles comme celle de Marc d’être accompagnée de manière adaptée et d’avancer vers une parentalité plus sereine.